Scandale au PRODAC: Mame Mbaye Niang bizarrement blanchi par la Cour des Comptes

0 285

Après le rapport de la cour comptes sur les 1000 milliards du Covid 19, une source bien introduite, informe que la cour des comptes a encore produit en janvier 2024, un rapport définitif estampillé « confidentiel », relatif à la gestion du Prodac, annonce le journal Kritik dans sa parution de ce jeudi 11 avril 2024. Pour la petite genèse, l’ancien opposant radical Ousmane Sonko, devenu Premier ministre est en procès contre Mame Mbaye Niang, l’accusant d’avoir détourné 29 milliards F Cfa des fonds du Prodac.

 

Accusé d’avoir détourné 29 milliards du Prodac, les sénégalais auront la surprise de leur vie en découvrant que sur le rapport définitif de la cour comptes de janvier 2024, comportant 84 pages et 40 recommandations, le nom du ministre Mame Mbaye Niang n’a été cité dans aucune des recommandations formulées.

« La cour des comptes, un des piliers de la reddition des comptes en matière de transparence, de bonne gouvernance et de gestion des deniers publics, a passé au crible la gestion administrative, technique et l’ensemble des dépenses à date lié au Prodac », explique le journal.

« En ce qui concerne la partie de la gestion financière et administrative du prodac, notre source nous indique que mame Mbaye Niang n’a ni été interpellé encore moins cité », poursuit la même source.

Toutefois, en tant que cosignataire du contrat technique, la cour a voulu obtenir des éclaircissements sur un point technique et a saisi Mame mbaye à cet effet qui a produit une réponse, renseigne le journal.

« Notre source indique que ces éclaircissements ne devraient même pas être signifiés à Mame Mbaye Niang mais plutôt à une autre entité, acteur clé de la procédure de passation dudit marché », renseigne Kritik.

Selon le journal, après autant d’accusations de détournement de 29 milliards des uns et de démentis des autres, les sénégalais peuvent se réjouir d’avoir désormais un rapport de la cour des comptes de janvier 2024 qui situe les responsabilités dans la gestion du Prodac.