Échec de la politique d’emploi, émigration: Ce « Plan » de Macky Sall qui nargue les jeunes Sénégalais

0 68

Le président de la République est à Kédougou dans le cadre d’une campagne électorale sous fond de tournée économique dans la région orientale, à Kaolack, Kaffrine et Fatick du 13 au 17 novembre. Lors du Conseil présidentiel, il a lancé un « appel national » aux entreprises publiques et privées pour la mise en œuvre d’un plan spécial pour l’emploi des jeunes, invitant le Premier ministre, candidat de BBY à prendre sans délai des mesures dans ce sens.

 

Un programme électoraliste…

« Je lance un appel national depuis Kédougou aux entreprises de l’Etat et du secteur privé pour la mise en place d’un plan spécial sur la question de l’emploi de la jeunesse sénégalaise », a déclaré Macky Sall.

Après douze (12) années de magistère marquées par des échecs dans la mise en œuvre des politiques publiques, il estime maintenant que « le volet jeunesse doit nécessiter une prise en charge particulière ». A en croire les explications de Macky Sall « cela se justifie d’autant plus que depuis l’avènement de la pandémie Covid-19, j’ai donné une orientation sociale aux allocations budgétaires avec un accent particulier pour les secteurs sociaux, tels que l’éducation, la santé, et la protection sociale ». A rappeler que l’utilisation des 1000 milliards F Cfa dégagés dans le cadre d’une campagne de résilience, n’a pas encore révélé tous ses secrets.

A quelques encablures du démarrage de la campagne électorale, Macky Sall semble vouloir prendre en « urgence » la question de la jeunesse. « Je fais un appel national à l’État, surtout aux entreprises privées pour la mise en place d’un plan pour la jeunesse. Un plan spécial qui devra être pour la formation professionnelle, un plan pour les stages des jeunes dans les entreprises, mais également un plan pour les grands travaux nationaux, notamment le chantier d’assainissement, la voirie, les chantiers de lutte contre les inondations, de l’hygiène publique, mais également les chantiers de lutte contre la désertification pour le reboisement » a-t-il dit comme pour alpaguer cette jeunesse qui lui a définitivement tourné le dos, en prenant même le risque de braver les océans pour se rendre en Espagne ou au Nicargua.

Le chef de l’Etat a invité le Premier ministre, Amadou Bâ, à mettre en œuvre ce « plan » sans délai, appelant les entreprises à augmenter les recrutements de jeunes dans leurs effectifs, au moment où la problématique de la fiscalité demeure l’os à ronger pour les recruteurs de main d’œuvre.