Affaire de mœurs: Il piège son ex-copine pour tenter de la violer à Malika

0 200

C. A. Mbacké jugé pour collecte illicite de données à caractère personnel et tentative d’extorsion de fonds, a été condamné à 2 ans de prison assortis de 6 mois avec sursis. L’Observateur rapporte que le prévenu âgé de 32 ans a été jugé hier au Tribunal des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye.

 

 

D’après le récit du journal, dans cette affaire, la plaignante M. D. Diouf est tombée des nues en découvrant que son petit ami, qui s’active dans la vente de véhicules, était marié. Se sentant trahie, la vendeuse de légumes a largué C. A. Mbacké. Celui-ci s’accroche et maintient la pression pour la ramener à de meilleurs sentiments. Il multiplie les appels téléphoniques et messages via Whatsapp. M. D. Diouf finit par craquer et accepte l’invitation de son ex à Malika, le 31 janvier dernier.

Ce qu’il ne fallait pas faire puisque, narre la source, le prévenu accueille la jeune femme dans sa chambre vers 22 heures. Il la taquine sur sa belle mise histoire de détendre l’atmosphère avant de pousser le bouchon jusqu’à lui faire cette demande osée : celle de se déshabiller et de venir le retrouver sur le lit.

M. D. Diouf s’y oppose catégoriquement. Très en colère, l’homme ferme la porte à clé et se saisit d’un couteau qu’il pose sur le cou de son ex. Nu comme un ver, il lui maintient la tête pour une fellation forcée.

Par la suite, il a tenté de violer la jeune femme. Qui s’est mise en crier le suppliant de préserver sa virginité. L’homme s’est finalement contenté de filmer les parties intimes de sa victime. Mais, avant de la relâcher, il a copié quelques contacts du répertoire de la jeune femme.

Celle-ci accuse : « Lorsque je suis revenue à la maison, il m’a envoyé les fameuses vidéos avant de les effacer. Le lendemain, vers 13 heures, il m’a renvoyé les vidéos obscènes avant de réclamer la somme de 100 000 F CFA  sous la menace de les publier ». Le Tribunal a suivi le réquisitoire du Procureur.