Présidentielle 2024: L’UE rappelle à Macky Sall que le scrutin ne peut être porté au-delà du 2 avril, fin du mandat

0 257

L’Union européenne ne varie pas dans sa position, appelant une énième fois l’Etat du Sénégal, les autorités compétentes, à respecter la loi constitutionnelle. Selon l’UE, Macky Sall ne peut organiser une élection au-delà de la fin de son mandat qui expire le 2 avril prochain.

 

En point de presse, la porte-parole du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Nabila Massrali a soutenu dans les colonnes de L’Observareur que « suite au report de l’élection présidentielle du 25 février, l’Union européenne se réfère à la décision du Conseil constitutionnel du Sénégal du 15 février dernier qui appelle les autorités à l’organisation de l’élection présidentielle dans les meilleurs délais, tenant compte du fait que l’élection ne peut être portée au- delà de la durée du mandat présidentiel ».
L’occasion faisant le larron, l’UE salue la confirmation par le Président Macky Sall de quitter ses fonctions au terme de son mandat, le 2 avril prochain et se félicite plus largement de l’engagement de la présidence de la République à faire pleinement exécuter cette décision du Conseil constitutionnel, comme exprimé le 16 février. Très regardant sur la situation du Sénégal, l’UE dit également prendre acte de la confirmation de la liste des candidats à l’élection présidentielle telle que confirmée le 20 février par le Conseil, tout en prenant aussi note de la consultation politique les 26 et 27 février, dont les propositions présentées au Président le 4 mars seront soumises au Conseil constitutionnel. Mais, insiste Nabila Massrali, l’UE réitère son appel aux autorités du Sénégal à respecter les aspirations des victimes, des citoyens et de toutes les forces vives de la nation, à préserver la démocratie, les libertés fondamentales et l’Etat de droit.
La commission de l’Union européenne s’est aussi prononcée sur la série de trois manifestations prévues par le front de résistance « Fippu »,
 constitué par 17 des 19 candidats retenus par le Conseil constitutionnel, les candidats spoliès, le F24, le FDD, autour de la plateforme Aar Sunu élection, « Fippu » le 2 mars (Grand Yoff), le 6 mars (Terrain Acapes Parcelles), et le 9 mars. « Nous souhaitons qu’elles soient des manifestations pacifiques », conclut Nabila Massrali.