Présidentielle 2024: Des anomalies révélées par une étude sur la carte électorale

0 381

Une étude approfondie de la carte électorale sénégalaise pour l’élection présidentielle du 24 mars 2024, révèle des anomalies majeures susceptibles d’influencer l’issue du scrutin. Dirigée par Ndiaga Gueye, doctorant à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, cette recherche met en lumière l’existence de bureaux de vote fictifs, non localisables et d’abris provisoires, ainsi que des irrégularités dans le processus de découpage électoral.

 

Principales constatations de l’étude

  • Bureaux de vote fictifs et non localisables : L’étude identifie au moins 826 bureaux de vote fictifs et 1 856 non localisables, affectant potentiellement plus de 2,3 millions d’électeurs. Ces anomalies pourraient non seulement semer la confusion parmi les électeurs le jour du scrutin mais également ouvrir la porte à la création de procès-verbaux de résultats fictifs.
  • Abris provisoires : Près de 2 000 abris provisoires ont été créés, impactant plus d’un million d’électeurs. L’utilisation d’abris provisoires, souvent déployée dans des situations d’urgence, soulève des questions quant à leur conformité avec les standards électoraux requis.
  • Processus de redécoupage électoral : La recherche souligne un manque de transparence dans le processus de redécoupage de la carte électorale, avec des indications que le redécoupage pourrait avoir été effectué pour avantager la coalition au pouvoir. Cette pratique, connue sous le nom de « gerrymandering », compromet l’équité et l’intégrité du processus électoral.

Réponses préconisées

Face à ces anomalies, l’étude recommande plusieurs mesures correctives pour garantir l’intégrité de l’élection présidentielle :

  1. Publication et accessibilité de la carte électorale : Une publication immédiate de la carte électorale avec des indications précises sur la localisation des bureaux de vote est essentielle pour assurer la transparence du processus électoral.
  2. Révision des cartes d’électeurs : Pour les électeurs affectés par les délocalisations des bureaux de vote, il est impératif de rééditer leurs cartes d’électeurs et de lancer une campagne de communication pour les informer de leur nouveau lieu de vote.
  3. Surveillance accrue du processus électoral : Les candidats et les observateurs électoraux doivent être vigilants et présents dans tous les bureaux de vote pour prévenir et dénoncer toute tentative de manipulation des résultats.