Pape Djibril Fall optimiste: « Le Président Diomaye est sur la bonne voie… »

0 161

Candidat malheureux à la présidentielle du 24 mars 2024, Pape Djibril Fall a exprimé ses opinions sur les premiers pas du président Bassirou Diomaye Faye lors des Assises de la justice, organisées ce mardi au CIDAD de Diamniadio. Le leader des Serviteurs a partagé devant la presse, sa vision positive et ses attentes par rapport au nouveau gouvernement.

 

 

« Nous avons des raisons d’espérer que le Sénégal va changer définitivement. Le roi Hassan II avait l’habitude de dire qu’il ne connaissait pas le développement, mais ce qu’il savait, c’était de faire en sorte que les gens mangent à leur faim. Je pense que le président Bassirou Diomaye Faye est sur la bonne voie pour l’autosuffisance. Je pense également qu’il a confié des postes à des gens qui ont du métier et le profil de l’emploi. Pour le foncier, c’est un énorme problème, mais Bassirou Diomaye Faye a posé des actes notoires. Je reviens d’une tournée dans la diaspora, mais les gens ont grand espoir en ce gouvernement », a déclaré Pape Djibril Fall.

Il a également salué les initiatives du président Faye, soulignant l’intention claire de ce dernier de réformer en profondeur la justice sénégalaise: « On voit que le président a une ferme intention de changer les choses, car nous avons l’habitude de voir des réformettes depuis 1960. Cependant, ce que nous avons vu et les actes posés aujourd’hui montrent que le Président de la République, ayant lui-même vécu cette situation avec la justice  il a quitté la prison pour aller directement au palais sait très bien comment les choses fonctionnent. Il est donc le mieux placé pour comprendre les dysfonctionnements au sein de la justice. Nous espérons beaucoup que cette rencontre nous permettra d’apporter des réformes définitives qui permettront à la justice de grandir et de s’améliorer ».

En ce qui concerne le dialogue national de ce mardi, dédié à la réforme et à la modernisation de la justice, Pape Djibril Fall a félicité le chef de l’État, soulignant son aptitude unique à mener ces réformes nécessaires.