Moustapha Diop (Walf TV): « Amadou Bâ est mal parti devant Diomaye qui a le soutien de Sonko et de la jeunesse »

0 219

L’élection présidentielle va sûrement se jouer entre le parti Pastef, avec Bassirou Diomaye Faye comme candidat, et le candidat du pouvoir. Pour le DG de Waltv et Radio, Amadou Ba, miné par la guéguerre au sein de son parti, est mal parti devant Diomaye, qui aura le soutien d’Ousmane Sonko et de la jeunesse aspirant au changement.

 

« Le premier adversaire d’Amadou Ba, ce sont ses frères militants d’un même parti, parce que ce sont eux qui disent qu’il est incapable. En lisant le journal Le Quotidien la semaine dernière, il informe qu’au sein de l’Alliance pour la République (APR), beaucoup disent que Macky Sall doit démissionner pour que le processus soit repris afin de changer de candidat. Ce qui signifie qu’ils n’ont pas confiance en leur candidat. En réalité, ils voulaient rebattre les cartes pour le remplacer, mais le Conseil constitutionnel a dit non », a déclaré Moustapha Diop.

Quant à Bassirou Diomaye Faye, toujours en prison, l’analyste de Walf soutient qu’il a de grandes chances de remporter les élections du 24 mars:  » Aujourd’hui, il a la plus grande coalition avec la plupart des recalés. D’autres vont le rejoindre. Ensuite, la jeunesse aime la nouveauté, le changement. Donc, par quels moyens quelqu’un peut les convaincre de voter pour Amadou Ba ? », s’interroge Moustapha Diop.

S’ajoutent les nombreuses erreurs commises par le pouvoir qui favorisent Bassirou, lequel va avoir le vent en poupe sans le chercher. Également, il y a son arrestation et les nombreuses manœuvres pour empêcher sa candidature, ce qui a fait penser à de nombreux Sénégalais qu’ils ont peur de lui.

S’il y a un affrontement entre les deux candidats, Moustapha Diop voit Diomaye Faye largement vainqueur devant Amadou Ba…

À l’en croire, le pouvoir se prépare au deuxième tour pour se renforcer dans le camp de l’opposition, notamment chez certains qui ne supportent ni Ousmane Sonko ni Diomaye. Et il y en a parmi le camp de l’opposition, affirme le journaliste.