Discours de Macky Sall ce samedi à 12 heures: Les prétextes d’un report face à l’hostilité des Sénégalais

0 229

Le président Macky Sall va prononcer tout à l’heure à 12 heures précises un discours avec plusieurs questionnements sur l’angle d’attaque. Une adresse au peuple à 24 heures de l’ouverture de la campagne électorale est un fait inédit au Sénégal. Mais déjà dans la presse Sénégalaise, les supputations sur le contenu de ce discours présagent d’un reniement inacceptable et lourd de danger.

 

 

Certainement le discours le plus attendu durant tout son magistère, et c’est le contexte qui l’impose. Un discours programmé à la veille de la campagne électorale d’une présidentielle à laquelle, il n’a pas droit de se présenter, suscite forcément des curiosités.

Le journal Source A barre à sa Une de ce samedi les axes possibles du discours de Macky Sall. Selon le confrère, le président sortant pour bétonner son discours, ira s’appuyer sur quatre (4) arguments. Après que  des accusations de corruption sont portées sur deux (2) magistrats du Conseil constitutionnel, le président Sall pourra user de ses pouvoirs exceptionnels pour rétablir la confiance, appeler à un dialogue inclusif en vue d’une élection inclusive et reprendre le processus électoral.

Le quotidien Les Échos va beaucoup plus loin dans les détails. Le journal nous parle entre autres arguments, d’un éventuel report motivé par un manque de confiance entre les acteurs, des problèmes entre institutions, la double nationalité de certains candidats en l’occurrence, Karim Wade recalé et Rose Wardini en garde à vue à la DIC.

Et des évènements survenus hier pourraient étayer l’argumentaire du quotidien les Échos. Hier de retour des Barbade, Macky Sall a reçu son Premier ministre, Amadou Ba, candidat de la coalition présidentielle, le Conseil constitutionnel, l’Afp et le PS (deux partis alliés). Rose Wardini est placée en garde à vue pour « faux et usage de faux » et « escroquerie au jugement ».

Le PDS a introduit hier une proposition de loi visant à reporter les élections de six (6 mois), d’ailleurs le bureau de l’Assemblée nationale se réunit ce samedi 3 février à 10 heures pour examiner la proposition du PDS. Soit deux heures avant le discours de Macky Sall.

Cependant l’opposition n’est pas restée les bras croisés dès qu’elle  a eu échos du discours que Macky Sall tiendra tout à l’heure à 12 heures. Mimi Touré en premier a interpellé en ces termes la communauté internationale,  « il faut que vous alliez parler au président Macky  dans la nuit » (Ndlr : la nuit d’hier). Après cette réaction de madame Touré, tous les autres ont marqué leur refus à un éventuel report de l’élection présidentielle du 25 février 2024. Il faut rappeler également qu’en dehors de la classe politique, l’écrasante majorité des Sénégalais tient à ce que l’élection présidentielle se tienne le 25 février 2024. Autant dire que le respect du calendrier républicain surtout pour ce scrutin présidentiel n’est pas négociable et pour cause…