Crise politique au Sénégal: Une Motion du Parlement britannique pour la tenue immédiate de la présidentielle, et la réhabilitation du parti Pastef

0 260

Au Parlement britannique, une motion a été déposée le 1er mars pour pousser leur gouvernement du Sénégal à soutenir les appels à la tenue immédiate d’élections libres et justes au Sénégal. Et pour la fin de la dissolution de Pastef et la libération des détenus politiques.

 

 

La motion relative à la Démocratie et droits de l’homme au Sénégal a été signée par 3 députés et n’a pas encore fait l’objet d’amendements. Le texte de la motion souligne le report des élections générales au Sénégal par le président Macky Sall, accompagné d’une répression violente des manifestations ultérieures par la police et la gendarmerie sénégalaises, avec des tactiques brutales et souvent mortelles.

 

La motion note également les appels en faveur d’élections libres et équitables immédiates, la suspension des partis politiques, la libération des membres des partis d’opposition actuellement détenus, la fin de la répression des médias, la fermeture d’Internet, l’arrestation et l’agression de journalistes, et appelle le gouvernement britannique à soutenir ces appels et à condamner toutes les mesures antidémocratiques et les violations des droits de l’homme au Sénégal.

Voici Le Texte de la Motion

Cette Assemblée note que le président du Sénégal, Macky Sall, a reporté les élections générales qui devaient avoir lieu en février 2024, ce qui s’est accompagné d’une répression violente des manifestations ultérieures par la police et la gendarmerie sénégalaises, qui ont été témoins de tactiques brutales et souvent mortelles ; note que quatre personnes sont mortes au cours des manifestations qui ont suivi l’annonce du report de l’élection présidentielle ; prend également acte des appels lancés par le président de la Commission de l’Union africaine et par le Département d’État américain en faveur du rétablissement urgent de l’élection et du rejet par le Conseil constitutionnel sénégalais de la décision de suspendre les élections, ce qui a conduit Macky Sall à accepter de reporter l’élection et de se retirer ; invite le gouvernement britannique à soutenir les appels en faveur d’élections libres et équitables immédiates et à demander la levée de la suspension des partis politiques, la libération des membres des partis d’opposition qui sont actuellement des prisonniers politiques, la fin de la répression des médias et la fermeture d’Internet, l’arrestation et l’agression de journalistes et à condamner toutes les mesures antidémocratiques et les violations des droits de l’homme.