Crime crapuleux à la SOGAS: Abdou Mbaye avoue avoir égorgé 2 fois son collègue Abdou Diaw

0 403

Abdou Mbaye, le chevillard qui avait égorgé son collègue à la Sogas (Société de Gestion des Abattoirs du Sénégal), a été déféré hier vendredi au parquet pour le délit de meurtre. Face aux enquêteurs, il a retracé le film de l’acte criminel qui a commis et qui continue de défrayer la chronique.

 

 

Sur ses relations avec son collègue Abdou Diaw, le présumé meurtrier confie que celles-ci se sont détériorées après que ce dernier lui a retourné un téléphone qu’il lui avait vendu. Abdou Diaw qui avait constaté que le téléphone acheté auprès de son collègue était défectueux, le lui a retourné.

Puis, il a exigé que l’acompte qu’il lui avait versé lui soit restitué et depuis lors, leurs relations étaient devenues tendues jusqu’au lundi 22 janvier où tout a basculé.

A son arrivée à la Sogas pour démarrer sa journée, Abdou Mbaye voit ses collègues chuchoter sur son dos, et narre-t-il « lorsque je m’approche, ces derniers se dispersent ».

Surpris par cette attitude, il le sera davantage en voyant son collègue Abdou Diaw, qu’il soupçonne de tourner autour de son épouse, lui faire un doigt d’honneur. Furieux, il rumine sa colère et décide de guetter le moment opportun pour l’attaquer.

La suite, il l’a expliquée aux enquêteurs. « J’ai attendu qu’il soit concentré sur une tête de mouton qu’il était en train de dépecer pour le surprendre. J’ai visé sa gorge et je l’ai égorgé deux fois en faisant glisser la lame du couteau sur sa gorge ».

Face aux accusations d’Abdou Mbaye qui, dès les premières heures de son arrestation, a soutenu mordicus que son épouse l’a cocufié à l’auberge avec son collègue Abdou Diaw, la police a conduit les deux époux à Mbao.

Sur place, la présence de son épouse dans cette auberge n’a été signalée nulle part. Aussi bien les caméras de surveillance que le registre où sont inscrits les clients, n’ont confirmé les déclarations d’Abdou Mbaye. Sa volonté de salir l’image de son épouse et de s’accrocher à l’excuse de provocation ont été ainsi démasquées par les enquêteurs.