Coût élevé de l’électricité: « Nous n’avons plus rien à dire à la Senelec » Oumy Ndour

0 48

Oumy Ndour, figure de proue dans la lutte contre la cherté de l’électricité au Sénégal, a, lors d’une intervention sur le site d’information Pressafrik, affiché une résignation temporaire face à la Senelec : “Pour l’instant, alors que je vous parle, nous n’avons plus rien à dire à la Senelec ». Cette déclaration fait suite à une série de négociations infructueuses avec la société nationale d’électricité du Sénégal.

 

Après avoir soumis une réclamation officielle à la Senelec, la réponse de l’entreprise a été succincte et décevante : « Ils nous ont demandé de soumettre une réclamation. Suite à cette démarche, leur réponse a été « RAS » (rien à signaler). Il semble qu’ils ne soient pas disposés à changer leur position ». Cela indique selon elle un manque apparent de volonté de la part de la Senelec à modifier sa politique tarifaire.

En réponse, Madame Ndour et son équipe se tournent vers la Commission de régulation du secteur de l’énergie, ayant été informés d’une enquête indépendante prévue et d’une réunion pour définir les termes de référence pour l’embauche d’un auditeur externe.« Nous entamons maintenant une nouvelle phase. Nous avons pris contact avec la Commission de régulation du secteur de l’énergie. Ils nous ont informés de leur décision d’initier une enquête indépendante, ce qui nous a été annoncé le 2 novembre. Ils nous ont également conviés à une réunion pour élaborer les termes de référence nécessaires à l’embauche d’un auditeur externe. C’est là où nous en sommes actuellement : en attente de la nomination de cet auditeur. Pendant l’enquête, nous fournirons tous nos documents à l’auditeur désigné par la Commission », précise Madame Ndour.

Parallèlement à ces efforts, Oumy Ndour est également à l’origine d’une pétition contre la hausse des prix de l’électricité, reflétant une frustration croissante parmi les consommateurs sénégalais. Dans ce contexte, le gouvernement sénégalais a pris des mesures pour atténuer la pression sur les consommateurs, notamment en supprimant la troisième tranche des compteurs Woyofal, un système de prépaiement de l’électricité mis en place par la Senelec.