Accusations de corruption, double nationalité: Comment Karim Wade pourra se sauver ou périr…

0 244

Le candidat du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) à l’élection présidentielle sénégalaise Karim Wade, est sous le coup d’une possible invalidation de sa candidature. Et c’est pour une fausse déclaration sur l’honneur concernant sa nationalité.

 

En effet, lors du dépôt de sa candidature, Karim Wade a déclaré être exclusivement de nationalité sénégalaise. Cependant, il a été révélé par la suite qu’il possédait également la nationalité française, ce qui est contraire à la Constitution sénégalaise qui exige des candidats à la présidentielle d’être exclusivement de nationalité sénégalaise.

Saisi d’un recours par le candidat Thierno Alassane Sall, le Conseil constitutionnel a examiné la situation et a conclu que Karim Wade avait effectivement fait une fausse déclaration sur l’honneur.

En conséquence, Karim Wade risque une peine d’emprisonnement allant de 1 à 5 ans et la perte de ses droits civiques, y compris le droit de vote et d’éligibilité.

Petite genèse autour de l’affaire Karim Wade:

Karim dépose sa candidature à l’élection présidentielle avant le 26 décembre 2023, en déclarant être exclusivement de nationalité sénégalaise lors du dépôt de sa candidature, comme l’exige la Constitution. Mais, il a été révélé par la suite qu’il possédait encore la nationalité française.

Le 17 janvier 2024, un décret de l’État français annonce la perte par Karim Wade de sa nationalité française, mais le Conseil constitutionnel a conclu que Karim Wade avait fait une fausse déclaration sur l’honneur lors du dépôt et a rejeté sa candidature. Une situation qui fait que Wade fils risque une peine d’emprisonnement et la perte de ses droits civiques. Toutefois, Karim Wade a contesté la décision du Conseil constitutionnel.

Le PDS (Son camp) accuse deux des juges du Conseil constitutionnel de corruption et demande l’ouverture d’une enquête parlementaire. Mieux, Karim Wade accuse Amadou Ba (Benno) d’être derrière le rejet de sa candidature.

Ce que risque le candidat Karim Wade 

Si sa « fausse déclaration » sur l’honneur est retenue, Karim Wade pourrait être condamné à une peine d’emprisonnement pour parjure. Il pourrait même perdre ses droits civiques, y compris le droit de vote et d’éligibilité. Il court aussi le risque d’être condamné si Amadou Ba porte plainte pour diffamation et qu’il n’apporte pas de preuves de son implication.

Ce qui peut sauver Karim Wade 

A ce niveau de confusion, il faudrait que Karim Wade et son parti le PDS arrivent à prouver qu’il y a eu bien corruption. Faudrait-il également qu’il arrive à prouver qu’il n’a pas commis de parjure lors du dépôt de sa candidature. Et enfin qu’il fasse tout pour apporter des preuves contre Amadou Ba.