La Chancelière Marie Diagne Sène arrêtée: Les Amicales des Affaires étrangères exigent sa libération immédiate

0 63

L’Union des Conseillers des Affaires étrangères du Sénégal (UCAES) et l’Amicale des Chanceliers des Affaires étrangères du Sénégal (ACAES) expriment leur profonde préoccupation suite à la mise aux arrêts, depuis le lundi 04 décembre 2023, à sa sortie des locaux du Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur (MAESE), de leur collègue Marie Diagne Sène, par la Gendarmerie nationale. 

 

Une autre arrestation qui fait suite à celle du 20 novembre dernier, dans les mêmes circonstances, avant que leur collègue ne soit relâchée le lendemain, selon un communiqué des Amicales du Cadre des Affaires étrangères.

« Depuis le 04 décembre 2023, les deux Amicales entreprennent, en vain, des démarches auprès des Autorités sénégalaises, aux fins de la libération de leur collègue, dont la nomination dans le Corps des Chanceliers (4ème Classe, 1er échelon) vient d’être actée par arrêté n°36207/MFPTSP/DGFP/DGC/DF/B2 du 07 décembre 2023 du Ministre chargé de la Fonction publique, seule autorité délégataire des pouvoirs d’administration du personnel dont est investi le Président de la République », lit-on dans le document.

D’après ses collègues, « sa situation devrait objectivement entrainer la suspension de l’exécution de cette sanction disciplinaire » qui, somme toute, demeure sans objet, puisqu’elle s’applique à un fonctionnaire civil qui appartient au Corps des Chanceliers depuis le 06 juillet 2023, date d’effet de l’arrêté susmentionné du Ministre chargé de la Fonction publique, mettant explicitement fin à l’ancienne situation de MDL-Chef de Madame SENE et abrogeant « toutes dispositions antérieures et contraires à l’acte de nomination en question ».

Toutefois, l’UCAES et l’ACAES condamnent une nouvelle fois, avec la plus grande fermeté, cette « forfaiture qui, au-delà de porter atteinte à l’honorabilité de leur collègue et de tous les fonctionnaires du Cadre des Affaires étrangères, viole le caractère exécutoire des décisions de justice ainsi que les principes d’unité et d’indivisibilité de l’Administration publique ».

Outrées par ces agissements, les Amicales du Cadre des Affaires étrangères exigent la « libération immédiate et sans condition de leur collègue Madame Marie Diagne SENE et se réservent le droit d’user de tout moyen légal pour faire cesser cet acharnement sans nom ».