Centenaire de Cheikh Anta Diop: Sonko salue la mémoire d’un grand savant africain

0 117

« Les échos de la célébration, par la communauté scientifique africaine et sénégalaise, de la vie et de l’œuvre du professeur Cheikh Anta Diop, me sont parvenus » a déclaré Ousmane Sonko. La commémoration du centième anniversaire de ce grand savant panafricain survient alors que la jeunesse, les communautés et les élites progressistes sont résolument engagées dans un combat politique et culturel pour la renaissance de l’Afrique et de sa Diaspora.

 

Au centre de cette reconquête de l’initiative historique par les Africains, se trouve l’enjeu capital de la réappropriation de nos patrimoines historiques, culturels, linguistiques ainsi que celles de nos valeurs qui font la magnificence des civilisations africaines depuis l’Égypte pharaonique noire.

Faut-il le rappeler, le renouveau intellectuel et culturel dans lequel s’inscrit mon engagement repose sur la souveraineté.

Notre projet s’enracine dans l’histoire des peuples africains en lutte pour leur dignité et fondamentalement pour la souveraineté, la sécurité, la gouvernance démocratique, la richesse partagée et le bien-être de tous, conformément aux valeurs morales et humaines profondes de notre continent. C’est pourquoi, nos vision et programme s’inspirent d’ailleurs en partie de la pensée stratégique du professeur Cheikh Anta Diop dont l’enseignement doit être plus et mieux institutionnalisé.

Je suis d’ailleurs déterminé à relever le défi de l’éducation dans nos langues africaines, à donner des moyens accrus à la recherche dans tous les domaines, à développer la formation professionnelle valorisant tous les métiers productifs, artistiques et culturels. Mais surtout, je suis déterminé à mener une politique réellement panafricaine de remembrement solidaire des espaces économiques, commerciaux et culturels pour une économie d’abondance au Sénégal, dans notre sous-région et sur tout le continent africain.

Je sais que le professeur Cheikh Anta Diop a mis l’accent sur l’exploitation judicieuse de nos ressources foncières, minières, forestières, hydro-électriques, etc. en s’appuyant sur la recherche technologique de pointe. Il a par ailleurs démontré la nécessité de réaliser des infrastructures modernes de sorte à connecter toutes les régions du continent entre-elles. Tout ceci doit, selon sa pensée, renforcer le sentiment d’une nouvelle citoyenneté panafricaine. Et tout cela est l’aspiration exprimée par une jeunesse africaine en plein éveil de conscience.

Au demeurant, notre monde est dévasté par des inégalités sociales insoutenables, des violences et des guerres destructrices. Il est en crise d’humanité et de civilisation. La pensée de celui dont nous célébrons le centenaire indique de regarder du côté de l’Afrique où se joue son avenir, là où précisément l’Humanité est née.

Pour toutes ces raisons, je souhaite plein succès à cette importante célébration d’un homme modèle de vertus dont les travaux sont d’une brûlante actualité.

Ousmane Sonko*